Accueil Histoire du quartier Informations pratiques Groupes et activités Actualités Conférences "Toi d’écoute" Homélies Bulletin "Bonne Nouvelle" Espace culturel et Orgue
Vous êtes ici : Accueil >> Homélies > > 2007
Homélie du 24 décembre, eucharistie de la nuit

VEILLEE DE NOËL 2007

L’église est dans la pénombre. Seules, les 4 bougies de la couronne d’Avent sont allumées au centre de l’église, et tout autour sont disposés des lampions en attente.

Lecteur : Amis, c’est Noël ! c’est la nuit de Noël ! C’est la nuit des veilleurs. C’est la nuit où des veilleurs annoncent la nouvelle qui transforme la vie et l’histoire du monde ! Amis, vous le savez, on ne peut se passer de veilleurs. Les veilleurs gardent la lueur, ils maintiennent la flamme, ils la communiquent. Ils sont en alerte, ils sont attentifs, ils sont à l’affût, Et quand le monde s’engourdit, ils luttent contre le sommeil de tous. Ils indiquent l’étoile dont la lumière déchire la nuit. Ils se sacrifient pour être des phares dans la tempête. Ils secouent la mémoire des hommes afin qu’ils n’oublient pas les merveilles de Dieu.

Dans la vie, dans les doutes, à temps et à contretemps, les veilleurs crient : « Ecoutez ! Dieu est venu ! Il est là ! Regardez ! Il est chez vous. »

Amis, c’est la nuit des veilleurs !

Prière : Vois, Seigneur, ce peuple rassemblé dans la nuit. Il est chargé de la vie, la sienne et celle du monde. Il porte le souci et l’espoir, la souffrance et la joie, l’attente et le bonheur. Vois, Seigneur, nous sommes le peuple de la nuit de Noël. Nous venons attiser notre foi et réveiller notre espérance. Nous venons contempler l’Enfant discret et cueillir près de Lui la lumière qui ne s’éteindra dans aucune nuit. Nous venons regarder l’Enfant fragile qui à jamais enracine Dieu dans la terre humaine. Nous venons toucher l’Enfant humble qui accomplit notre joie et qui chante la bienveillance de Dieu pour les vivants de tous les temps maintenant et pour les siècles des siècles.

L’appel

Lecteur : Seigneur, éveille-nous tout entiers afin que maintenant nos yeux et notre esprit se mettent à veiller et que la Bonne Nouvelle rejoigne nos interrogations, les nôtres et celles de notre temps. Questionneur : Veilleurs, où êtes-vous ? Où en est la nuit ? Mon peuple a besoin de vous ! Veilleur 1 : Nous sommes là, dans la nuit ! Veilleur 2 : Nous sommes là, sur la terre ! Veilleur 3 : Nous sommes là, au milieu de vous ! Veilleur 4 : Nous sommes là, comme des lueurs !

Veilleurs, aux bords de la terre. en haut et en bas, partout où vous êtes postés. ni le jour. ni la nuit. jamais vous ne devez vous taire ! (Isaïe - 62,6)

Les veilleurs dans la nuit

Lecteur : Il fait sombre. Dans quelle direction avancer ? L’espérance est bouchée. A qui faire confiance ? Les hommes font n’importe quoi. Ils suivent n’importe qui, comme un peuple sans berger. Veilleurs, où en est donc la nuit ! Questionneur : Où en est la nuit ? Mais regardez donc autour de vous ! Veilleur 2 : Mais éveillez vos yeux ! La nuit n’est pas complète. Il y a des lueurs. Il y a des hommes et des femmes dont la vie montre qu’il est possible de briser les limites de l’égoïsme et de l’intolérance ! Veilleur 1 : Il y a des hommes et des femmes qui réfléchissent avant d’agir afin que leurs actes soient dignes de l’homme et de Dieu. Ils sont partout. Ils sont dans cette église. Ils sont l’espérance de la terre. Veilleur 2 : Et puis, la nuit ne peut pas être complète, puisque Dieu est venu nous rejoindre ! Veilleur 3 : Ecoutez ce que disent Isaïe et Paul veilleurs parmi les hommes ! Veilleur 4 : Soyez toujours dans la paix dans la joie du Seigneur. Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais en toute circonstance dans l’action de grâce, priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. (Philippiens 4, 4-7) Veilleur 3 : Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre une lumière a resplendi.

Toi, Seigneur, tu as grandi la joie, Tu as donné l’allégresse. (Isaïe 9,1-2)

Les veilleurs de la terre

Lecteur : La terre se délabre. La violence s’insinue partout et la pauvreté arrive jusque dans les rues de notre ville. La délinquance et le racisme se portent bien. Le chômage est à la une et puis.... Veilleurs où en est donc la terre ! Le questionneur : Où en est la terre ? Mais regardez donc autour de vous ! Veilleur 2 : Mais éveillez vos mains ! Les hommes de bonne volonté essaient de transformer la volonté de puissance en travail de paix. Il y a des hommes, et des femmes, et des enfants, qui se réconcilient et qui ne tiennent aucun compte des barrières raciales ou sociales ... Veilleur 1 : Il y a les aides humanitaires qui se développent et il y a les essais quotidiens pour vivre ensemble en bonne entente. Et il y a ce peuple ici rassemblé, prêt à réaliser des actes de bonté ! Gardons patience... Veilleur 2 : Et puis, Dieu est venu lui-même nous apprendre la bonté ! Veilleur 3 : Ecoutez ce que disent Isaïe et Sophonie, veilleurs parmi les hommes ! Veilleur 4 : Tu n’as plus à craindre le malheur. Ne crains pas, terre des hommes. Ne laisse pas tes mains défaillir. Le Seigneur ton Dieu est en toi. C’est Lui le héros qui apporte le salut. Il te renouvellera par son amour. (Sophonie 3,14-18) Veilleur 3 : Oui. un enfant nous est né, un fils nous a été donné. On l’appelle Prince de la Paix. La paix sera sans fin. Il sera établi solidement sur le droit et la justice. (Isale 9, 5-6)

Les veilleurs de la foi

Lecteur : Les églises se vident. On s’accroche à l’argent, à la matière, on quitte Dieu. Les chrétiens diminuent, ils sont divisés entre eux. Certains veulent retourner au passé, d’autres font n’importe quoi avec l’Evangile ! Veilleurs, où en est donc la foi ! Le questionneur : Où en est la foi ? La foi ? Qui dira où en est la foi ! Veilleur 1 : Mais regardez donc autour de vous ! Veilleur 2 : Mais éveillez votre esprit ! La foi est vivante dans le coeur des vivants. Il y a partout des hommes qui cherchent Dieu. Les chrétiens sont moins nombreux ? Mais est-ce forcément le nombre qui fait la qualité de la foi ? Veilleur 3 : Peut-être avons-nous oublié que l’Evangile commence humblement, comme une semence. Il y a des hommes, des femmes et des enfants qui agissent au nom de leur foi. Il yen a partout comme vous, ici, qui prient, qui célèbrent, qui croient que Jésus-Christ est le soleil du monde ! Veilleur 4 : Ils s’engagent pour transformer le coeur de l’homme et de la terre. Ils préparent avec tous les vivants un peuple saint et universel selon le projet de Dieu. Veilleur 1 : Et puis, croire est possible, puisque Dieu est venu lui-même montrer son visage ! Veilleur 2 : Ecoutez ce que dit un veilleur, Saint Paul (Tite 2,11-14) :

La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. C’est elle qui nous apprend à rejeter le pêché et les passions d’ici-bas, pour vivre dans le monde présent en hommes raisonnables, justes et religieux, et pour attendre le bonheur que nous espérons avoir quand se manifestera la gloire de Jésus Christ, notre grand Dieu et notre Sauveur. Car Il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardant à faire le bien.

Proclamation de l’Evangile

Luc 2, 1-14 : La naissance de Jésus

Homélie Nativité, Hubert Damon, 1986 Nous célébrons donc l’anniversaire de la naissance de Notre Seigneur et Dieu, Jésus-Christ. Et notre pensée est tournée vers cette terre de Bethléem qui, loin de connaître la paix, est complètement paralysée par des puissances diverses dont on pourrait dire que l’engagement religieux engendre la guerre. Les veilleurs veillent et s’expriment. Ils alertent l’opinion. Sont-ils écoutés ? Nous célébrons l’anniversaire du mystère de l’Incarnation du Verbe de Dieu, dont il est écrit : “Au commencement était le Verbe, le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu…Et le Verbe s’est fait chair, et il habita parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils Unique, plein de grâce et de vérité” (Jn 1,1.14).

Avec Joseph et Marie, premiers témoins de tous ces événements qui gardaient tout en leur cœur, en cette nuit, nous sommes invités à nous recueillir, à entrer dans le silence (voir ce que je disais hier), pour méditer sur les grandes choses que fit le Créateur du monde afin de nous manifester l’Amour. « Dieu a tant aimé le monde, dit St.Jean, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle » (Jn 3,16). Nous sommes d’autant plus invité à méditer sur ce que Dieu a fait pour nous tous que la réalisation de ses promesses semble, toujours, de plus en plus incertaine. J’invite à vivre cette nuit de Noël en union avec tous les frères d’Orient : Araméens, Arméniens, Chaldéens, Syriaques, Malabars, Coptes… (j’en oublie). Ils sont nombreux à être présents à Lyon. Unissons-nous à la prière de tous les chrétiens de Terre Sainte, puis : Iran, Irak, Inde, Liban, Syrie, Egypte, Ethiopie… Peuples des Eglises présentes en Terre Sainte, nous nous unissons à votre prière, en cette nuit sainte, alors que proche du lieu de la naissance de Jésus, vous allez peut-être devoir rester à la maison.

Mgr Michel Sabbah, Patriarche latin de Jérusalem, souhaite que nous accomplissions le pèlerinage auprès de la grotte où est né Jésus ? Que nous faut-il faire pour que cela soit largement possible ? Comme les mages venus de loin pour adorer l’enfant, prions afin que viennent, pour tous les pays, la paix, la joie de voir Dieu, et l’abondance de l’Esprit, gage de tout renouveau et de toute prospérité.

Le monde qui se met en place, -je parle de mondialisation, cela se constate sur tous les continents- est plus soucieux du maintien des avantages économiques acquis que d’organiser un partage avec les pays les plus pauvres. Partout on constate que l’écart entre riches et pauvres se creuse. Ce qui se passe au Soudan, par exemple, nous le rappelle. Mais, même dans notre ville, où pourtant les organismes humanitaires sont nombreux et efficaces, il y a des gens qui meurent dans le froid de la solitude. Alors que des pauvres entrent dans la misère, des très riches augmentent leur richesse. Ceci sur tous les continents.

Mgr Sabbah exprime ce souhait : Que le nouvel ordre du monde connaisse plus de justice et de respect à l’égard des peuples et des personnes, car les extrémismes religieux qui menacent les sociétés aujourd’hui dans les injustices et les frustrations des peuples. Aidez les gens à croire en Dieu, afin qu’ils ne croient plus en leurs propres extrémismes. Particulièrement, ce soir, pour la Terre où est né Jésus, prions : que la paix puisse arriver à un dénouement juste pour tous. Que des puissances étrangères ne profitent pas de cette guerre. Que la ville de Bethléem, vers laquelle tous les regards se tournent en cette nuit, que tous les camps des réfugiés qui l’entourent, tous les prisonniers politiques, et toute la Palestine, connaissent, avec tous les pays de la région, une nouvelle ère de justice, de liberté et de dignité. Mais, il n’y a pas que la terre où est né le Fils de Marie. Toutes les nations sont concernées.

Avoir confiance en Dieu veut dire, essentiellement, aimer Dieu et aimer tous les enfants de Dieu, quelles que soient leurs religions ou leurs croyances. Les trois religions monothéistes doivent enseigner cela à un monde qui ne pense qu’au progrès matériel. N’est-ce pas ce que nous nous efforçons de faire, dans notre ville ? En fait, nous sommes si petits que la société civile ne s’aperçoit pas que Noël n’est pas la fête des cadeaux en famille. Rappelons-nous. C’est à partir du petit groupe de Jospeh, de Marie , des bergers et, plus tard, des mages - sous le regard sanguinaire d’Hérode - que Le Verbe de Dieu devenu chair a pu s’adresser à toute l’humanité. C’est la nuit où des veilleurs annoncent la nouvelle qui transforme la vie et l’histoire du monde.

Michel Durand

 

 

Espace privé

Plan du site

Mentions légales

Conception et Réalisation DSFI